haut

Artisan de Paix

Le Père Yvon Samson, prédicateur de notre première retraite d’été 2016 : « Le guérisseur blessé », a demandé à 4 employées  du Centre d’enrichir sa prédication de leurs témoignages : « En quoi travailler au Centre Jean-Paul Régimbal enrichit ou modifie votre chemin de Foi ? »

Voici pour vous le témoignage d’Anne Choquet :

A chaque moment significatif de ma vie, je me suis sentie épaulée, écoutée, entendue.  C’est certain,  que je n’ai pas toujours eu la réponse que je désirais ou selon mes attentes.  Pourtant, si je suis aujourd’hui ici à témoigner, c’est parce que j’avais à vivre différentes situations, pour me faire avancer, m’amener à cette liberté qui m’habite.

Je viens d’une famille où la foi allait de soi.  Ma mère, une grande pratiquante nous amenait ma sœur et moi à la messe à toutes les semaines .… jusqu’à l’adolescence…  pour y revenir  à l’âge adulte où de mon propre chef, je suis retournée à l’église.  Pour moi, il allait de soi, que j’avais quelques chose à y vivre, que je devais y aller aussi pour rendre grâce.  Car oui, j’ai eu somme toute, une belle vie et encore presque tous les jours, je rends grâce pour cette belle vie.  C’est certain, qu’à l’intérieur de moi, je sens une Présence. Une présence avec un grand P.  Je suis particulièrement choyée d’avoir la foi, d’avoir cette grâce.  Une grâce que je souhaite à chacun et chacune car on se sent tellement bien quand on l’a.  Tout devient surmontable, tout est moins lourd.  On sait que quelque part, quelqu’un veille sur nous.

Aussi, j’ai eu le bonheur  d’avoir un oncle prêtre, un père trinitaire qui a joué le rôle de père de remplacement puisque j’ai perdu mon père alors que j’avais 16 ans..   Avec lui, j’ai rencontré des religieux, religieuses, frères, pères, vécu des moments inoubliables et nourrissants comme des processions de fête Dieu, des neuvaines à Ste-Anne… devinez pourquoi je m’appelle Anne !!!   J’ai donc toujours eu dans mon entourage immédiat, un membre du clergé, même des amis proches.

Dans ma vie professionnelle, rien ne m’avait prédestinée à venir travailler ici.  Oui, je connaissais le Centre par mon oncle  mais jamais je n’ai pensé me retrouver ici.  J’ai fait mon cours à l’université, en administration et je croyais bien me trouver un travail à Montréal, la grande ville.  Et je sais très bien que je serais devenue alors très carriériste, axée sur la réussite, le paraitre.  C’est donc un tout autre itinéraire auquel je me destinais, après mes 40 ans…. La fameuse crise de la quarantaine où on se remet en question… oui, car je me  suis posée la question « c’est quoi ma vie, est-ce que j’ai un rôle à jouer dans mon entourage,  c’est pas çà la vie métro-boulot-dodo  »  comme je n’a pas d’enfant, pas de conjoint à ce moment-là, je voulais donner un sens à ma vie. 

Donc,  comme je le dis souvent, il y a ma vie avant et après mon arrivée à Granby.  Rien n’arrive pour rien.  Ma sœur avec qui j’étais associée au travail a eu un grave accident et c’est ce qui a été l’élément déclencheur pour me faire bouger.  Un événement malheureux à la base, mais qui a été marquant dans ma vie.    J’ai donc utilisé cet événement pour me faire avancer, me propulser vers autre chose.  J’ai donc annoncé à ma sœur que je la quittais.  J’ai donc quitté un emploi,    sûr,     bien rémunéré mais dans lequel je ne me sentais plus vivante.

J’ai fait confiance, j’ai prié, je me suis dit que la vie me conduirait là où je devais être.  Car oui il faut prendre des risques, mais avec confiance, et croire que quelque chose de mieux nous attend.    Presque 1 an après, une annonce dans le journal local a tout déclenché.

imagesCA186A6SJe suis donc arrivée à Granby il y a maintenant  9 ans.  Oui, on supporte ma présence depuis 9 ans!!  J’ai cumulé plusieurs responsabilités.  À la Librairie, avec les groupes internationaux, puis responsable de l’équipe de l’Accueil, et depuis maintenant 1 an, je coordonne les activités de ressourcement. … et autres tâches connexes…

A travers ces 9 années à côtoyer les pères et les sœurs particulièrement, j’ai aussi apprivoisé davantage un  bien-être intérieur, une paix, en étant au service d’une Cause qui je le crois de façon tout à fait intrinsèque, est tellement enrichissant.  Ici, je nourris ma foi. Lorsque je réponds aux clients de la Librairie, lorsque j’accueille un visiteur, lorsque je parle avec des membres du personnel, c’est certain que je désire sincèrement qu’ils connaissent cette vie intérieure qui est en moi, qui m’habite et qui me rend heureuse et libre.  Je crois que mon accueil, mon service et mon écoute sont teintées de cette Présence.  J’aimerais que tous partagent cette foi et connaissent cette béatitude.

A travers mon travail, je participe aussi à un groupe de lecture sur les écrits de Simone Pacot et je dois dire que ces rencontres auxquelles je m’étais d’abord inscrite pour mieux répondre à la clientèle se sont révélées des moments privilégiés d’échanges et de ressourcement pour Moi.  Je relis des passages de la Bible avec un autre regard, mais sous la mouvance de l’Esprit.  Régulièrement, je demande son intercession, je prie l’Esprit Saint de m’éclairer, de me guider.  Et il me répond… en autant que je sois prête à l’écouter. Bien sûr….

Aussi,  dans ma foi, je crois que le Seigneur met des personnes sur ma route pour une raison.  Sur le coup, je peux me questionner sur sa volonté, mais si je prends le temps de les écouter, ces personnes agiront sur moi, me feront cheminer.  Soit en  éliminant des préjugés, en me faisant vivre de la patience,  en me rendant empathique à une situation, bref ces personnes me rendront meilleure. 

Je crois que, avec les années, je suis devenue une meilleure personne pour moi et pour les autres.  J’espère vous faire bénéficier de cette bonté par mon accueil et mon témoignage.  J’aimerais que à me côtoyer, les gens se demandent mais qu’est-ce qu’elle a bien cette fille là pour avoir cet air.  Je serai heureuse de leur répondre que c’est parce que j’ai la FOI.           Merci

Anne Choquet

Poster un commentaire