haut

Nouvelles

Dis-moi qui je suis pour que j’aie cette vie en abondance, cette vie que Toi seul peut donner… Dis-moi qui je suis pour que je puisse, tel un héraut, annoncer une année de grâce et de bienfait… Dis-moi qui je suis pour que je sois sacrement de ta présence d’amour et de tendresse… Dis-moi qui je suis pour que je sois signe d’espérance dans ce monde troublé… Dis-moi qui je suis, mais d’abord augmente ma foi, augmente mon amour de Toi pour que je sache aimer comme Toi… Je te dis

Le terrain pour des vocations est celui de l’authenticité évangélique Mgr François BLONDEL, le 30/06/2016 Mgr François Blondel, évêque émérite de Viviers, revient sur les propos que le pape François a tenus au sujet des vocations sacerdotales, dans l’interview qu’il a accordée à La Croix (publiée le 17 mai). S’appuyant sur l’exemple historique de la Corée, le pape affirmait ceci : « Pour évangéliser il n’y a pas nécessairement besoin de prêtres, le baptême donne la force d’évangéliser. C’est l’Esprit Saint le protagoniste qui fait de

Depuis sa sortie, l’exhortation «  Amoris Laetitia » (La Joie de l’Amour) du Pape François fait couler beaucoup d’encre : Ouverture attendue pour les uns, redoutée par les autres, aréolée de tolérance ou taxée de laxisme, ce texte interroge tant par son contenu que par les objectifs de son auteur.   Le Père André daigneault, o.ss.t. vous propose ici  une analyse des réactions que l’on peut lire ou entendre ici et là .   L’exhortation « Joie de l’Amour » fait le bilan de deux synodes sur la famille :

ARTICLE | 28/05/2014 | « Famille Chrétienne » Numéro 1898 | Par Florence Brière-Loth Sortir de l’activisme, pour accéder à plus d’intériorité et de présence aux autres : l’entrée dans le grand âge est une nouvelle naissance. « À 87 ans, j’ai repris du service ! » Joséphine s’étonne encore elle-même : veuve depuis quatre ans, elle a accueilli dans son grand appartement sa fille, avec mari et enfants, venue se faire opérer à Paris. Seule, elle a gouverné la maisonnée pendant trois mois, sur ses petites jambes fragiles,

Cette question m’habite profondément, tant être témoin du christ aujourd’hui me semble plus passer par le  « faire » que par le « dire ». Or, comme beaucoup, enfoncée dans mes  devoirs, mes lenteurs, ma vie de famille, mon travail…. quel temps me reste-t-il pour véritablement témoigner de l’importance de Dieu dans ma vie ? Répondant mécaniquement à ce que la vie me demande, agissant souvent par habitude ou par convention, engluée parfois dans une routine, que reste-t-il de cette volonté d’être au service de

CHRONIQUE | Approfondir | 18/05/2016 | Numéro 2001 "Famille Chrétienne" | Par Juliette Levivier Ses divers états de vie et les nombreuses épreuves qu’elle a traversés avec confiance en font un modèle pour tous. «Patronne des femmes mal mariées, des mères aux enfants violents et des causes désespérées, c’est l’une des saintes les plus invoquées, mais a-t-elle vraiment existé ? » Que la lectrice qui me pose la question soit rassurée : sainte Rita a existé, elle est bien au paradis ! Dûment béatifiée en 1628

Je ne crois pas en Dieu! Je ne crois pas en un Dieu froid, lointain, qui me guette, qui m’épie, qui me punit… En ce Dieu, je n’y crois pas… Je ne veux pas y croire!          Je crois en ABBA!          Qui me colle sur son cœur,         qui me murmure au cœur, à l’âme, qu’il lui importe mes retours et qui veut se réjouir de mes défis relevés, des découvertes dans mes aventures remplies de trésors que lui-même y a cachés… Je crois

... Ou le grand chambardement Par Michel-Marie Zanotti-Sorkine Publié le 13/05/2016 dans l'édition du Figaro du 14/05/2016. Le prêtre et écrivain Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine rappelle le sens de cette fête chrétienne, qui célèbre la descente de l'Esprit-Saint sur les apôtres le cinquantième jour après Pâques. À ceux qui sont au parfum de la foi, mais peut-être de loin, quelque peu embaumés par une vague odeur de Dieu ; à ceux qui ne ressentent plus du tout sa fragrance ; à ceux qui nient que le surnaturel

“Parle-moi, parle-moi, le silence me fait peur, je n’entends plus que mon cœur ».  Ces mots d’une chanson interprétée par Nana Mouskouri  me reviennent en mémoire chaque fois que quelqu’un me questionne sur le silence.  Or parmi toutes les facultés de l’être humain, s’il en est une qui peut nous faire peur c’est bien celle de faire silence alors qu’elle nous apparait assez facile du premier regard, mais souvent difficile lorsqu’on veut la vivre. Depuis toujours, le silence a aidé de nombreuses

C'est accueillir Dieu et vivre ! Jésus, dans les Evangiles, a un langage très concret pour évoquer les mystères de notre vie spirituelle. Lorsqu’il aborde l’influence possible du mal, il prend l’image d’un « esprit impur » qui, trouvant « une maison libre, balayée, bien en ordre » va chercher « sept autres esprits plus mauvais que lui ; puis ils reviennent et y habitent ». Notre cœur est donc comme « une maison », avec son unique porte d’entrée… Et, « je me tiens à la porte et je frappe », nous dit-il… « Si