haut
Méditation biblique 1

Méditations bibliques du 1e dimanche de l’Avent

Évangile selon saint Luc 21, 25-28.34-36

En ce temps-là, Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots. Les hommes mourront de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée, avec puissance et grande gloire. Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse dans les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste comme un filet ; il s’abattra, en effet, sur tous les habitants de la terre entière. Restez éveillés et priez en tout temps :
«ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme.»

Malgré tout, l’histoire est un itinéraire de salut

« Tiens-toi droit pour éviter être bossu ! » : Combien de fois ai-je entendu ma mère me le dire. Hélas je n’ai pas suffisamment suivi ce conseil. Parfois j’en paye les conséquences, et je me souviens de cette recommandation quand le mal de dos m’afflige. Qui d’entre nous, après tout, ne s’est jamais vu reprocher cela, ou du moins exhorté à « se tenir droit » ? Il est vrai que plus tard, en tant qu’adulte, on nous a demandé l’exact opposé, d’apprendre à se plier, au travail, à la fatigue, au sacrifice, de ne plus marcher raide comme quelqu’un qui se sent fièrement maître de sa vie… Le fait est que marcher la tête baissée, en plus de faire mal d’un point de vue physique, met en évidence cet aspect de soumission à quelqu’un ou à quelque chose : ça peut être un sacrifice, une maladie, la honte de croiser le regard des autres, une personne ou une situation qui désire notre totale soumission.

C’est ce qui m’est tout de suite venu à l’esprit, aujourd’hui, en écoutant la phrase centrale de l’Évangile, une exhortation à l’espérance de la part de Jésus : « redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche ». Peut-être ne sommes-nous pas comme ces peuples qui subissent une forme d’oppression : pourtant, des choses qui nous font marcher la tête baissée et qui essaient d’écraser nos sentiments, nos aspirations, nos envies, nos projets de vie, sont nombreuses, même pour nous, même dans notre quotidien. Les images que Jésus utilise, dans ce premier avant-goût de l’Évangile de Luc (qui nous accompagnera tout au long de cette nouvelle année liturgique), sont d’une certaine force, elles sont presque violentes et elles nous renvoient à des événements que nous n’avons certes pas vécus et que nous n’espérons jamais vivre, comme ce fut le cas pour l’Église naissante, témoin de la destruction de Jérusalem en 70 de notre ère. Cependant, nous assistons nous aussi à des moments où la vie tend à nous faire baisser la tête et à nous faire marcher le regard tourné vers un monde dans lequel nous ne nous retrouvons plus, et qui pour cette raison nous fait peur.

Nous avons de voir que le soleil ne se réchauffe plus, mais bien plus, nous avons peur de voir que les eaux des rivières gonflent à outrance à cause de pluies incontrôlées qui tombent tout d’un coup, après des mois de sécheresse ; nous avons peur de voir des masses de populations quitter leurs terres, traverser les frontières de nombreux pays, traverser les mers, fuir des angoisses comme la guerre ou simplement chercher une vie autre, et ils viennent sur nos rivages, nous angoissant parce qu’ils nous font nous sentir impuissants et incapables de faire quoi que ce soit pour eux ; nous avons peur de regarder au-delà du bout de notre nez, non seulement parce que nous sommes obtus face à l’actualité, mais parce que l’avenir ne nous offre pas de garanties, ne nous donne pas de perspectives, ne nous incite pas à oser.

Ici, ce sont les peurs qui nous oppriment, et qui énumérées toutes ensemble, nous font passer l’envie d’aller de l’avant. Mais il y a toujours de l’espérance, et heureusement le Seigneur nous dit précisément dans ce contexte : « Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. »

« Ne nous laissons pas voler l’espérance » est l’une des expressions les plus fortes et les plus belles du pape François. Faisons-en un stimulant pour notre vie, et pas seulement aujourd’hui parce que l’Avent commence, mais demain, et après-demain. Seuls ceux qui craignent de vivre gardent les yeux rivés au sol : acceptons encore cette année de relever le défi de nous redresser car notre libération approche.

Fr. Thierry, O.SS.T.

Visitez le site web de la maison trinitaire de Cerfroid :

ACCUEIL – Province Trinitaire du Sacré Coeur (trinitaires-cerfroid.org)

Poster un commentaire

COVID 19

Afin de vous permettre de vivre un séjour agréable en toute sécurité et parce que votre santé et celle de nos employés demeurent au cœur de nos préoccupations, voici les mesures mises en place conformément aux directives de la Santé publique et de la CNESST.

Le passeport vaccinal et une carte d’identité seront demandés à toutes les personnes désirant entrer à la Maison de spiritualité des Trinitaires. Pour en savoir plus sur la façon d’obtenir ou de présenter cette preuve de vaccination, voici un lien qui vous amène sur le site de la santé publique du Québec :

https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/coronavirus-2019/deroulement-vaccination-contre-la-covid-19/passeport-de-vaccination-covid-19